DISCOURS DE DR BERNARD GOUMOU, PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT, À L’OUVERTURE DU CADRE DE DIALOGUE INCLUSIF INTER-GUINEEN  

Mesdames et Messieurs les membres du CNRD,

Messieurs les Présidents des Institutions Républicaines,

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Monsieur le Médiateur de la CEDEAO pour la Guinée,

Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique et consulaire,

Mesdames et Messieurs les Représentants des coalitions des partis politiques,

Mesdames et Messieurs les Représentants des faitières de la société civile,

Mesdames les Facilitatrices,

Mesdames et Messieurs, en vos rang, grade, titre et qualité, tout protocole observé,

Je vous souhaite la bienvenue à cette cérémonie d’ouverture du Cadre de dialogue inclusif inter-guinéen.

Je voudrais tout d’abord vous remercier tous, acteurs politiques, acteurs de la société civile, sages, religieux, Ambassadeurs du G5 Guinée et Ambassadeurs de la CEDEAO, pour avoir répondu à notre invitation.

Je voudrais particulièrement remercier les trois facilitatrices qui, dès leur nomination, ont mené de manière indépendante, un travail remarquable  et avec abnégation la délicate mission pour concrétiser mon projet de rencontrer de manière fraternelle toutes les parties.

Le chemin parcouru par chaque entité malgré les doutes, les appréhensions, les suspicions ou les ressentiments démontre notre attachement commun à la culture traditionnelle du dialogue pour la résolution des problèmes notamment ceux de notre Nation souveraine.

Je suis persuadé que nous avons tous conscience des enjeux de ce Cadre de dialogue inclusif pour l’avenir du Peuple de Guinée et de son Etat, car il s’agit de débattre de bonne foi du processus de formalisation des institutions afin de doter la République de Guinée d’une stabilité durable au sortir de la Transition.

C’est assuré de votre engagement patriotique pour une cause qui nous dépasse tous mais nous concerne tous que Son Excellence Monsieur le Président de la Transition, Président du CNRD, Chef de l’Etat, Chef suprême des armées, Colonel Mamadi DOUMBOUYA a institué le Cadre de dialogue inclusif inter-guinéen, conformément à l’esprit du dialogue et de la concertation nationale instituée par le Comité National de Rassemblement pour le Développement, dès le 5 septembre 2021.

Le Président de la Transition m’a confié la direction de ce Cadre avec pour mission de réunir nos compatriotes autour de la table pour convenir de manière consensuelle et apaisée de l’avenir de la République de Guinée.

C’est ainsi que je me suis rendu dans les sièges où j’ai apprécié l’accueil fraternel et le désir de s’exprimer sur la forme et le fond du Cadre de dialogue inclusif.

Mesdames et Messieurs les Représentants,

Nous ne devons pas perdre de vue que l’objectif fondamental de cette Transition est la rectification institutionnelle et la refondation de l’Etat et que celles-ci ne peuvent être envisagées sans l’implication des grandes composantes de la Nation que vous représentez, à savoir : les instances de la Transition, les partis politiques, la société civile et les autorités religieuses.

Les pays amis et les partenaires de notre pays sont également associés au processus, notamment la Sous-région à travers le Médiateur désigné de la CEDEAO pour la Guinée, Son Excellence le Président Thomas Boni YAYI, dont nous saluons avec respect la présence parmi nous aujourd’hui et qui coordonnera avec moi à travers un secrétariat technique conjoint avec l’appui des facilitatrices ce cadre de dialogue inclusif.

Nous leur sommes reconnaissants de cet accompagnement.

Mesdames et Messieurs les participants,

Vous aurez durant trois semaines du 25 au 15 décembre 2022 à adopter les Termes de référence du Cadre de dialogue inclusif inter-guinéen et à travailler sur les treize (13) thématiques retenues. Il s’agit ici des dix (10) points du chronogramme de la transition validés par la CEDEAO et de trois (3) points additionnels issus de la synthèse des rencontres avec les coalitions politiques et les faitières des organisations de la société civile qui sont :

  • De la problématique de l’exercice des libertés publiques en lien avec la loi ;
  • De la problématique de l’exercice des activités politiques en lien avec le judiciaire ;
  • Du mécanisme de suivi et de l’évaluation des conclusions du dialogue.

A la fin des travaux, les conclusions ou recommandations issues constitueront un guide pour le cadre de dialogue durant toute la Transition.

Rappelons-nous constamment que ce chantier national que nous débutons, nous en sommes les maîtres d’œuvre et la Nation Guinéenne le maître d’ouvrage.

L’édifice qui sortira de ce chantier sera la société que nous voulons mettre en place pour notre génération et surtout pour les générations à venir.

Aussi, chacun de nous subira la sanction du maitre d’ouvrage si l’édifice est retardé pour des considérations égoïstes ou s’il est fissuré par l’adoption de projets allant contre les valeurs démocratiques ou républicaines, germes de la division que notre peuple ne souhaite plus revivre.

Les deux composantes de notre population, parmi les plus actives et les plus en attente d’avancées positives dans l’édification nationale sont les femmes et les jeunes. Au-delà des crises économiques et sanitaires, la mal gouvernance et le non-respect de l’état de droit les ont durement frappés.

La jeunesse, en manque de perspectives, montre depuis plusieurs années des signes d’impatience et de désespoir qui se traduisent par :

  • un exode massif vers l’étranger ;
  • la persistance de la violence et de l’insécurité ;
  • une perte de repères qui en fait des cibles pour les extrémistes religieux, le grand banditisme et les trafiquants de stupéfiants.

Si nous n’y prenons garde, nous courrons à notre propre perte en ne tirant pas les leçons de l’inconséquence de toutes les gouvernances passées depuis l’indépendance.

Notre mission est donc de la plus haute importance car il s’agit in fine de poser les fondements d’une République dotée d’un Etat pour lequel l’intérêt du citoyen sera au centre, non seulement dans les textes mais aussi dans l’application des textes de loi, afin de sortir définitivement notre Nation souveraine de l’impasse dans laquelle elle se trouve.

Pour terminer, je voudrais encore à nouveau vous réaffirmer la ferme volonté du CNRD, du Président de la Transition, Son Excellence Colonel Mamadi DOUMBOUYA, et de mon Gouvernement de poursuivre la politique de la main tendue pour nos frères qui hésitent encore à rejoindre le cadre de dialogue inclusif, je leur lance un appel solennel, la porte de ce cadre de dialogue leur sera toujours ouverte. Ils peuvent le rejoindre à tout moment, c’est notre souhait le plus ardent de voir tous les Guinéens et toutes les Guinéennes se retrouver afin d’échanger sur notre avenir, notre avenir commun et de bâtir ensemble une Guinée prospère que nous voulons inclusive, apaisée et équitable

Sur ce, je déclare ouvert le Cadre de dialogue inclusif inter-guinéen.

Que Dieu vous bénisse et bénisse la Guinée !

Je vous remercie.

Read 24 times
Connectez-vous pour poster des commentaires